A l’ère du supporteur connecté

Catégories: News, Revue de presse

Auteur: Corentin Lesueur
Le Monde Sport

Statistiques pléthoriques, ralentis et commande de boissons à distance : le spectateur moderne doit se sentir au stade comme à la maison.

Dans les années 2000, les fabricants de téléviseurs promettaient de faire venir le stade dans le salon du consommateur. La mode serait désormais d’offrir dans l’enceinte sportive le confort du domicile. Plusieurs dizaines de sociétés françaises planchent actuellement pour fournir le kit du parfait supporteur 2.0 ; substituant aux classiques drapeaux, sifflets et kits de maquillage irritant statistiques pléthoriques, caméras multi-angles, ralentis et commande de boissons à distance.

« Vivre avec son temps »

« On ne peut pas remplir nos grands stades avec quelques milliers d’irréductibles, justifie Solange Claude, présidente du Club des supporteurs de l’équipe de football de Nice. Les nouvelles technologies permettent de consommer le match différemment et d’attirer des personnes qui ne seraient jamais venues. On doit vivre avec son temps»

L’Allianz Riviera, écrin niçois dernier cri de 35 000 places, s’est doté d’une application offrant l’accès, depuis son smartphone, à une dizaine de caméras. L’outil idéal pour visionner un but sous tous les angles ou revenir sur une décision litigieuse de l’arbitre. « On enlève la frustration de ne pas avoir vu une action, en associant à l’émotion du stade le confort de la télévision », avance Christophe Carniel, cofondateur de la start-up Vogo, prestataire de l’OGC Nice.

Les Aiglons verront-ils, au cours des prochains matchs à domicile, leurs spectateurs les yeux rivés sur le petit écran ? « Les images proposées ont quelques secondes de latence [écart avec le direct], explique l’entrepreneur. Tout l’intérêt de l’application porte sur le visionnage des actions décisives» « Il faut continuer à vivre le match dans le stade, confirme Solange Claude. Sinon, autant rester dans son canapé. »

Du spectateur au consommateur de sport ?

Pour les clubs, la multiplication des solutions numériques doit assurer l’adhésion d’un public toujours plus connecté et moins enclin à assouvir sa passion par le seul canal télévisuel. « Il faut fidéliser le consommateur en lui apportant toutes les informations sur son équipe, en direct, préconise Anne-Clémence Guillot, chef de projet digital de l’Elan sportif chalonnais (basket). Les live, jeux concours ou sondages proposés sur notre application permettent d’être toujours plus près de nos fans. Avec l’objectif final d’améliorer l’affluence dans notre salle. »

Usant d’un vocabulaire emprunté au marketing pour décrire les stratégies développées en vue de grossir leur nombre de followers – ou suiveurs –, les dirigeants de club semblent plus s’adresser à des consommateurs qu’à de simples supporteurs. Face à un public habitué à jongler entre les écrans, le sport est-il condamné à devenir un simple produit de consommation, réduit à quelques extraits vidéo spectaculaires ?

Pour Emmanuel Witvoet, président de la start-up Mojjo, les nouvelles technologies permettraient au contraire de suivre les compétitions avec plus d’acuité. Sa société, déployée lors de la dernière édition de Roland-Garros, propose des résumés pour chaque match, d’une durée choisie par l’utilisateur : « Le spectateur peut désormais visionner les principaux points d’une partie de tennis disputée à l’autre bout du monde, sans avoir à se lever au milieu de la nuit. Les temps changent de toute façon. La nouvelle génération ne reste plus quatre heures devant la télévision. »

Publié le 31 janvier 2018

http://www.lemonde.fr/acces-restreint/sport/article/2018/01/31/3219fb189b3edb0f78d8751f6b99bb09_5249845_3242.html

 

Étiquettes : , , , ,
0 Comments Leave a reply

    Laisser un commentaire

    Your comment(click button to send)

    Revenir au post